Je suis un homme

Je suis un homme

Date de sortie : 2013

Editeur : Gallimard

Extraits de Presse

Le titre de Marie Nimier, "Je suis un homme", dit les choses de la bonne manière, c'est-à-dire de manière trompeuse. Alexis, le narrateur, passera le livre à hésiter sur sa place, en particulier celle qu'il occupe auprès de Zoé, qui deviendra sa femme, et de Delphine, qu'il croyait être la femme de sa vie. Que manigancent-elles dans leur effrayant entre-soi ? (...) "Je suis un homme", roman ample, chatoyant, multiplie les pistes. La vie d'Alexis défile selon ses propres lois, dont l'auteur sait rendre avec beaucoup de charme les hasards et les voltes, l'imprévisible spontanéité. Un homme ? Cet être inachevé que l'amour, en le laminant, accomplit.Florent Georgesco in Le Monde des livres, 4 janvier, 2013
Haletante, pr√©cise, corrosive, l'√©criture de Marie Nimier colle au tourbillon √©motionnel de cet homme qui se (d√©)construit sous nos yeux et d√©voile - avec une autod√©rision jubilatoire - ses f√™lures les plus intimes. Fran√ßoise Sagan ironisait en disant : ¬ę Un homme fort ? Vous parlez musculature ? ¬Ľ Marie Nimier acquiesce et rench√©rit en livrant, dans un tour de force verbal, le portrait en mouvement d'un homme que l'on aimerait gifler et serrer dans nos bras une seconde apr√®s.Isabelle Courty in Le Figaro magazine, 2013
Une femme écrivain s'offre le plaisir de se mettre dans la peau d'un homme, et d'écrire, ainsi métamorphosée, un texte à la première personne Pas n'importe quel écrivain : Marie Nimier, avec son génie de l'analyse et de la description des comportements humains. Les lectrices et lecteurs, soucieux de comprendre comment fonctionne l'autre moitié de l'humanité, trouveront là un fascinant grain a moudre Marianne Dubertret in La Vie, 2013
Marie Nimier s'est mise dans la peau d'un homme : cette m√©thode romanesque, √©galement pris√©e par R√©gis Jauffret qui n'aime rien tant que se mettre dans la peau des femmes, donne sans conteste le meilleur roman de l'auteur de La Reine du Silence. Le plus dr√īle surtout (l'humour est √©videmment ce qui prime sur tout le reste en litt√©rature; l'esprit de s√©rieux est contraire au roman).Tout sonne juste dans Je suis un homme. (...) Grand enfants, que les m√Ęles ? Oublier l'enfance, mais l'enfance ne nous oublie pas : elle nous poursuit, se proclame en nous, produit en nous de la mort. Derni√®re inscrite sur la liste des voyageurs de l'Autre sexe, Marie Nimier nous invite au plus curieux des spectacles : celui de la v√©rit√©. √Ä regarder en face avec mod√©ration.Yann Moix in Le Figaro litt√©raire, 2013
Nul doute qu’avec ce roman malin, savoureux, amusant, (dé)culotté et inspiré, Marie Nimier va agacer les hommes et réjouir les femmes. Alexis a tous les défauts des types inconstants, champions de slalom. Et, comme il faut une morale à tout, Nimier en trouve une, joyeusement acide. Bravo ! in Le Parisien, 2013
√Ä l'heure o√Ļ l'on ne parle que d'√©galit√© des sexes, de parit√©, Marie Nimier met les pieds dans le plat : non, les hommes et les femmes ne sont pas pareils, oui, ils pensent, et voient, et m√™me parlent diff√©remment. En se mettant dans la peau d'Alexis Leriche, m√Ęle sexu√© sans √™tre caricatural, d√©sagr√©able sans pour autant √™tre mauvais, qui entend tout mais ne comprend pas grand-chose, elle brosse, dans un vrai langage de mec doubl√© d'une acuit√© toute f√©minine, le portrait d'un macho... dans le bon sens du terme ! in MadameFigaro, 8 f√©vrier, 2013
"Je suis un homme" n'est pas la reprise d'une chanson de Michel Polnareff ni une simple performance litt√©raire. Ce roman √† la premi√®re personne balance entre la farce, le tragique et la r√©flexion sur la nature et le genre. L'√©criture √©pouse le rythme d'une tonitruante journ√©e √† la foire : acc√©l√©r√©e comme un jeu de chamboule-tout, gourmande comme une barbe √† papa et tournoyante comme le grand huit qui prend son temps pour monter puis d√©gringole jusqu'au vertige. Marie Nimier change de perspective litt√©raire √† chacun de ses livres : point de vue f√©minin dans Sir√®ne, autobiographie d√©tourn√©e dans La Reine du silence et La Nouvelle Pornographie. Originale, elle pousse le bouchon le plus loin possible, d√©place et d√©cale le point de vue. Avec ce r√©cit fracassant, elle gagne son pari : plonger dans la schizophr√©nie et dresser l'inventaire des faiblesses de son h√©ros sans le rendre antipathique. Alexis est juste un type qui a mal commenc√© et qui, du coup, ne pourra pas bien finir... Christine Ferniot in T√©l√©rama n¬į3286